Another Professor Resigns – From The Belgian European Society of Engineers and Industrialists SEII

News from Belgium…Yet another professor, Dr. Ir. Henri A. Masson, has resigned from yet another once prestigious organisation, which too has succumbed to the darkness of climate dogmatism and censorship.

In late August the Société Européenne des Ingénieurs et Industriels (European Society of Engineers and Industrialists – abbreviated  SEII) had organised a conference where scientists S. Fred Singer and Prof. Claes Johnson, of the Royal Institute of Technology in Stockholm, had been scheduled to speak on climate change.

I wrote about this here.

This all came to the attention of IPCC Vice Chair Jean-Pascal van Ypersele, who found that skeptic views have no place in the climate religion, and so moved quickly and demanded the SEII disinvite the 2 distinguished speakers. The conference had to be moved.

For SEII event coordinator Dr. Henri A. Masson, this closed-minded attitude by the SEII and van Ypersele became intolerable and so he has submitted his strongly-worded resignation, written in French below, and sent to me by e-mail  (Sorry, no translation in English. But use Google to get the gist of it).
==========================================================

A l’attention de: M. Philippe WAUTERS, Président
Objet: démission de tous mes mandats exercés au sein de la SEII et annulation de ma qualité de membre de la SEII.

Monsieur le Président,

Je viens de prendre connaissance du document officiel établi par le Secrétaire Général de la SEII relatif à l’affaire « Climategate », par lequel il informe les Administrateurs que le Bureau Exécutif, à une très large majorité, vous a réitéré sa confiance, malgré les évidences factuelles, que j’ai fournies antérieurement, qui établissent la réalité des mensonges que vous leur avez faits.

Il appert que, après l’avoir nié par écrit, vous avez bien dû reconnaître que vous avez agi suite à une intervention d’une « tierce personne », comme le qualifie pudiquement le Secrétaire Général dans sa lettre aux Administrateurs, cette intervention d’une tierce personne étant en fait une lettre de protestation du Professeur VAN YPERSELE. Pour moi, en clair, il ne s’agit de rien d’autres que d’avoir participé à un trafic d’influence, basé sur des déclarations diffamantes que vous n’avez même paspris la peine de vérifier, et vous avez bien cédé à des pressions externes à la SEII visant à censurer des intervenants défendant un point de vue opposé à celui de M. VAN YPERSELE et des instances qu’il représente.

Ces faits sont incontestables, quels que soient les arguments casuistiques que vous tentez de développer pour évoquer une faute de procédure grave que j’aurais commise. En l’absence de définition des limites extrêmement floues du mandat qui m’a été confié dans le cadre des activités de formation de la SEII, et plus précisément dans celles visant à animer un « café philosophique pilote consacré à la controverse climatique », je ne vois vraiment pas quelle est la procédure je n’aurais pas suivie, dans la simple exécution d ‘une activité récurrente de ce groupe de travail que j’anime depuis plus d’un an.

Lorsqu’il s’agit d’envoyer un agenda ou un procès-verbal de réunion d’un tel groupe de travail de la SEII, ou encore de tenter d’inviter de nouveaux membres à se joindre à lui, car c’est bien et uniquement de cela qu’il s’agit en l’occurrence, il me semble qu’il est de règle d’employer un papier à en-tête SEII à cet effet, et cela sans avoir à faire intervenir le Bureau à chaque fois; D’ailleurs, sans l’intervention de M. VAN YPERSELE, vous n’auriez plus que vraisemblablement rien trouvé à y redire.

Mais, évidemment, rien n’oblige le Bureau à rester cohérent et objectif dans ses jugements.

Les faits que je vous reproche sont de nature stratégique pour la SEII. Essayer de s’en disculper en utilisant des arguments de procédure spécieux ne vous grandit pas. Il aurait été beaucoup plus judicieux de reconnaître que vous avez été grugé par M. VAN YPERSELE, sur base de la réputation dontil jouit encore en Belgique, malgré ses liens avec la branche la plus radicale de Greenpeace. Preuves à l’appui, Je vous ai fourni l’occasion, pendant une semaine de revoir votre position; vous n’avez pas voulu la saisir.

Je ne peux donc que constater que ni vous, ni le Bureau Exécutif ne partagez un certain nombre de valeurs qui me sont chères et sur lesquelles je n’ai jamais transigé et ne transigerai pas à l’avenir.

En conséquence de quoi, je vous présente ma démission de toutes les fonctions que j’occupais au sein de la SEII. Je souhaite également ne plus figurer sur la liste des membres et ne plus recevoir vos mailings.

Je me réserve, par ailleurs, la liberté de plaider ma bonne foi, preuves à l’appui, dans l’affaire qui nous oppose, auprès des personnes et instances de mon choix.

Je vous prie d’agréer mes sentiments de circonstance.

Prof. Dr. Ir. Henri A. Masson
Cc: Administrateurs de la SEII

===============================================

Expect to see more resignations in the future as once respected societies keep taking up the practices of the Dark Ages.

PS: I don’t know what hurts the warmists the most: their blatant censorship of debate, or them showing up to debate? If it’s truly them showing up to debate, then their science has got to be embarrassingly bad.

10 responses to “Another Professor Resigns – From The Belgian European Society of Engineers and Industrialists SEII”

  1. Bernd Felsche

    Pretty strong language. My French is not so good, but I spot quite a few nasty words. I don’t expect Masson to be flavour of the month at the “club”. ;-)

    Prof. Dr Masson: Well done. Good luck.

    (Get a rough translation using http://translate.google.com/)

  2. Edward

    If I can translate a bit [I think] …

    Paraphrasing; “But of course there is no requirement the Office to remain consistent/coherent and objective in his judgments.”

    Stuffed ‘em there – Monsieur. le Professeur – Bravo!

  3. DirkH

    During my usual Euro crisis trawl I find this interesting suggestion:
    http://de.reuters.com/article/worldNews/idDEBEE78M0A020110923

    A top EU bureaucracy – the “EU task force for Greece” – suggests that German electricity consumers should have to pay for solar energy produced in Greece.
    “Unbestritten ist, dass die bisher nur gering entwickelte Solarenergie enorme ökonomische Chancen für das Land birgt.”
    “There is no doubt that the by now underdeveloped solar energy holds enormous economic chances for the country.”

    Are these people intentionally trying to worsen the situation, or are they just dumb? Can’t decide.

    1. DirkH

      I forgot a third possibility: They have been lobbied hard by the collapsing German solar industry. Now, that sounds more likely.

      1. Josualdo Silva

        It is very likely that the german consumer will be paying for the Greek to keep buying German solar panels (and windfarms.)

  4. R. de Haan

    I appreciate the gesture but at the same time I have serious worries.
    These kind of institutions only can be reformed from the inside.
    When all skeptical voices leave these organizations there is nothing lef to stop them.

    Only a radical political shift can stop the ongoing process.

    Maybe the time has come to hit the streets.

    1. mindert eiting

      Well Ron, I do not quite agree. Reforming an organisation may take decades. Often it is better to let an organisation die and start a new one. There is already an initiative. If enough members leave the club, it cannot survive or may exist at best for some time as a fringe organisation without much esteem. Sometimes I see parallels with sixteenth century Europe.

  5. Ferdinand Engelbeen

    I was at the private alternative meeting where Singer and Johnson did speak, after the decision of SEII and the Free University of Brussels (ULB) to forbid the meeting at the ULB in their name. Interesting debate and a shame that this kind of debate is impossible in Belgium, while Singer a day before was invited at the KNMI (the Dutch meteorological institute), without problems…